09/09/2014

Céline A. et Luc B. lavent leur linge sale en famille

Céline Amaudruz et Luc Barthassat se déchirent sur Facebook au sujet de la traversée de la rade.


Lundi frisson sur Facebook. Un conseiller d’Etat s’est écharpé  avec une présidente de parti par messages interposés. Ca touche le microcosme genevois et les messages sont publics. Un prétendu «macho» traite de «sale gamine» sa contradictrice. Elle réclame des excuses. Elle aurait perdu «son sens de l’humour». Allez, pour la faire courte: Luc Barthassat et Céline Amaudruz ont en ligne de mire la votation sur la traversée de la rade et les tours montent à J-20 du scrutin. Que retenir de «cette fausse polémique», dixit le PDC? Décryptage.

Luc Barthassat assure ne pas se rendre tous les jours chez la manucure, ainsi il peut «répondre aux questions sur FB». Probabilité: 95%. Sans quoi, sa moyenne de deux cents interactions Facebook quotidiennes serait compromise. La pose de vernis par une professionnelle prend cinq minutes par main. Ajouter à cette opération cinq autres minutes pour le séchage, soit vingt minutes sans pianotage. L’équivalent d’une cryogénisation dans l’espace temps des réseaux sociaux. Le conseiller d’Etat fait mouche.

La deuxième affirmation est plus ambiguë. Le chef du DETA n'irait pas chez le coiffeur chaque jour, ainsi il peut «répondre aux questions sur FB». Logique? Bof. Probabilité: 50%. La politesse d’usage l’interdit, mais il n’existe aucune contre-indication d’abuser de son smartphone sous les coups de ciseaux de l’artiste d’«Hair Force Coiffure». Mieux, le nom de l’échoppe laisse présager quelques échanges de bonnes factures avec le patron sur la Mobilité ou les Transports. Ben quoi, il est toujours bon de sonder la base, non?

De l’autre bord aussi ça balance du lourd: «Je ne vois pas en quoi le ton méprisant de tes messages fait avancer le débat politique», tacle Céline Amaudruz. Boom. Touché coulé, le missile en forme de minaret balancé sur le mouton noir Luc Barthassat? Ici, la probabilité égale le taux de réussite d’une initiative fédérale sur l’immigration. Une bonne accroche, puis anonymes et conseillers nationaux entrent dans la danse. Du grand art.

Au-delà de la fable de la victime UDC face au méchant establishment, «cette fausse polémique» réjouit. A vingt jours de la votation, pro et anti "Traversée de la rade" sortent les griffes. Avec ou sans manucure.


En bonus:

dejdai.jpg

Maître Jedi Christian Lüscher: «Loin de moi l'idée de prendre parti, mais....est-il étonnant que les citoyens aient de moins en moins de respect pour les élus quand un Conseiller d'Etat traite une conseillère nationale de "sale gamine"?»

 

Les commentaires sont fermés.